la Taite des Personnes et le Trafic illcite des migrants décryptés aux journalistes Nigérien par l'Agence Nationale de Lutte contre la Traite des Personnes et le Trafic Illicite des Migrants (ANLTP) Imprimer
5/12/2017 8:10:17 PM - Publié par maison.press@yahoo.com  


La Maison de la Presse en collaboration avec l’Agence Nationale de Lutte contre la Traite des Personnes et le trafic Illicite des Migrants (ANLT/TIM) organise du 12 au 13 mai à l’intension des journalistes un atelier de sensibilisation sur la Traite et la Migration Irrégulières.
A l’ouverture de la cérémonie deux allocutions ont été prononcées. Il s’agit du discours du Président du Conseil d’administration de la Maison de la Presse, Mr HAROUNA Ibrahim et le Mot de la Directrice Générale de l’ANLTP/TIM, Mme Gogé Maimouna Gazibo.
Durant Deux (2) jours, les capacités des journalistes vont être renforcées sur la Traite et le Trafic Illicite des Migrants


Discours du PCA de la Maison de la Presse, HAROUNA Ibrahim à l'ouverture de la Cérémonie



Monsieur le SG de la CNDH



 



Madame la Directrice de l’Agence nationale de lutte contre la traite des personnes



 



Monsieur le Vice-Président de la Maison de la presse



 



Chers invités



 



Chers collègues



 



En cette veille de la journée nationale de la femme nigérienne, nous voici réuni dans cette salle pour traiter d’un fléau de la société humaine qu’est la traite des personnes et le trafic illicite des migrants.



Selon l'Article 3 du Protocole visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, « l'expression "traite des personnes" désigne le recrutement, le transport, le transfert, l'hébergement ou l'accueil de personnes, par la menace de recours ou le recours à la force ou à d'autres formes de contrainte, par enlèvement, fraude, tromperie, abus d'autorité ou d'une situation de vulnérabilité, ou par l'offre ou l'acceptation de paiements ou d'avantages pour obtenir le consentement d'une personne ayant autorité sur une autre aux fins d'exploitation. L'exploitation comprend, au minimum, l'exploitation de la prostitution d'autrui ou d'autres formes d'exploitation sexuelle, le travail ou les services forcés, l'esclavage ou les pratiques analogues à l'esclavage, la servitude ou le prélèvement d'organes ».



Mesdames et Messieurs,



Chaque année, des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants sont victimes de la traite des personnes dans leur pays ou à l'étranger. Par la contrainte, la duperie ou la force, ils sont exploités pour leur force de travail, pour le sexe ou pour leurs organes. Presque tous les Etats sont touchés par ce crime contre l'humanité, comme pays d'origine, de transit ou de destination des victimes. La traite des êtres humains peut être une entreprise lucrative et les responsables sont souvent liés à la criminalité organisée. Pourtant, la traite affectant généralement des individus en marge de la société, peu de ces trafiquants sont jugés et la plupart des victimes ne seront probablement jamais identifiées et aidées.



Mesdames et Messieurs,



Le Protocole contre le trafic illicite de migrants par terre, mer et air indique que «  L'expression "trafic illicite de migrants" désigne le fait d'assurer, afin d'en tirer, directement ou indirectement, un avantage financier ou un autre avantage matériel, l'entrée illégale dans un État Partie d'une personne qui n'est ni un ressortissant ni un résident permanent de cet État ».



Le trafic de migrants est un crime qui implique l'assistance à l'entrée illégale d'une personne sur le territoire d'un Etat duquel cette personne n'est ni un ressortissant ni un résident, en vue d'obtenir une contrepartie financière ou tout autre bénéfice matériel. Le trafic de migrants touche presque tous les pays du monde. Il sape l'intégrité des Etats et des communautés, et coute la vie à plusieurs milliers d'individus tous les ans.



En vue de respecter le Protocole sur le trafic de migrants, l'Article 6 exige des Etats qu'ils criminalisent le trafic de migrants, la production de faux papiers et le fait de permettre le séjour illégal des personnes sur le territoire, et qu'ils confèrent le caractère de circonstances aggravantes au fait de mettre en danger ou de risquer de mettre en danger la vie ou la sécurité des migrants concernés et au traitement inhumain ou dégradant de ces migrants.



Mesdames et Messieurs,



Comme vous le constatez le sujet qui nous réunit aujourd’hui est très important. Avec notre partenaire nous avions senti la nécessité d’informer, de former et de sensibiliser les journalistes sur ces questions car le rôle de ces derniers et des médias est capital pour l’éradication de ce fléau. Aussi, je vous invite chers collègues à suivre avec attention les différentes communications qui seront développées au cours de ces deux jours que durera le présent atelier. Je ne terminerai mes propos sans remercier nos partenaires à savoir l’Agence nationale de lutte contre le trafic des personnes à travers sa Directrice générale mais aussi les différents experts des différentes institutions à qui nous avons fait appel pour venir nous édifier sur le sujet.



Je vous remercie



 



Imprimer

 


  © MEDIA NIGER